La Mort d'Ophélie 
Ballade 
(Paroles imitées de Shakespeare par Ernest Legouvé) 

Auprès d'un torrent Ophélie 
Cueillait tout en suivant le bord 
Dans aa douce et tendre folie 
Des pervenches, des boutons d'or, 
Des iris aux couleurs d'opale 
Et de ces fleurs d'un rose pâle 
Qu'on appelle des doigts de mort. 
Ah! 

Puis élevant sur ses mains blanches
Les riants trésors du matin, 
Elle les suspendait aux branches, 
Aux branches d'un saule voisin. 
Mais trop faible le rameau plie, 
Se brise, et la pauvre Ophélie 
Tombe, sa guirlande à la main. 

Quelques instants sa robe enflée 
La tint encor sur le courant 
Et comme une voile gonflée 
Elle flottait toujours chantant, 
Chantant quelque vieille ballade, 
Chantant ainsi qu'une Naïade 
Née au milieu de ce torrent. 

Mais cette étrange mélodie 
Passa rapide comme un son. 
Par les flots la robe alourdie 
Bientôt dans l'abîme profond 
Entraîna la pauvre insensée, 
Laissant à peine commencée 
Sa mélodieuse chanson. 
Ah!

The Death of Ophelia 
Ballad 
(Words adapted from Shakespeare by Emest Legouvé) 

Beside a brook Ophelia, 
as she followed the water's edge, gathered, 
in her gentle, tender madness, 
periwinkles, buttercups, 
opal-colored irises, 
and those pale pink flowers 
that are called dead men's fingers. 
Ah! 

Then lifting up on her white hands
the morning's laughin trophies
she hung them on she branches, 
the branches of a nearby willow. 
But the bough, soo frail, 
bends and breaks, and poor Ophelia 
falls, her garland in her hand. 

Awhile her dress, spread wide, 
bore her on the current, 
and like a swelling sail 
she floated, singing as she went, 
singing an old bllad, 
singing like a naiad 
for whom the stream was home. 

But the strange melody stopped short, 
fleeing as a snatch of sound. 
Her dress, made heavy with water, 
soon dragged the poor mad girl
into the depths, 
leaving scarcely begun 
her tuneful song. 
Ah!
       (after a translation by David Cairns, c. 1982)