Les Nuits d'été

Poetry by Théophile Gautier

I. Villanelle
 
Quand viendra la saison nouvelle, 
Quand auront disparu les froids, 
Tous les deux nous irons, ma belle, 
Pour cueillir le muguet aux bois; 
Sous nos pieda égrenant les perles 
Que 1'on voit au matin trembler 
Nous irons écouter les merles 
   Siffler. 

Le printemps est venu, ma belle, 
C'est le mois des amants béni, 
Et 1'oiseau, satinant son aile, 
Dit ses vers au rebord du nid. 
Oh! viens donc, sur ce banc de mousse 
Pour parler de nos beaux amours, 
Et dis-moi de ta voix si douce: 
   "Toujours!" 

Loin, bien loin, égarant nos courses, 
Faisant fuir le lapin caché 
Et le daim au miroir des sources 
Admirant son grand bois penché, 
Puis, chez nous, tout heureux, tout aises, 
En panier enlaçant nos doigts, 
Revenons rapportant des fraises 
   Des bois. 

When the new season comes 
When the cold shall have disappeared, 
The two of us will go, my lovely, 
To gather lillies-of the-valley in the woods. 
Beneath our feet loosening the dewdrops 
That one sees trembling at morn, 
We'll go listen to the blackbirds 
  Chatter. 

Spring has come, my lovely, 
It's the month of blessed lovers 
And the bird, preening his wing, 
Sings his verses from the edge of the nest. 
O, come then to this mossy bank 
To talk of our sweet loves, 
And say to me in that voice so sweet: 
   "Forever!" 

Far, far, straying from our way, 
Causing the hidden rabbit to flee, 
And also the deer at the mirror spring 
Admiring his great antlers; 
Then we, altogether happy and content 
Entwining our fingers like a basket, 
Will go homeward bringing strawberries 
   --The wild kind. 

 

II. Le Spectre de la rose
 
 

Soulève ta paupière close 
Qu'effleure un songe virginal; 
Je suis le spectre d'une rose 
Que tu portais hier au bal. 

Tu me pris encore emperlée 
Des pleurs d'argent de 1'arrosoir, 
Et parmi la fête étoilée 
Tu me promenas tout le soir. 

Ô toi qui de ma mort fus cause, 
Sans que tu puisses le chasser, 
Toutes les nuits mon spectre rose 
A ton chevet viendra danser. 

Mais ne crains rien, je ne réclame 
Ni messe ni De profundis; 
Ce léger parfum est mon âme, 
Et j'arrive du paradis. 

Mon destin fut digne d'envie, 
Et pour avoir un sort si beau, 
Plus d'un aurait donné sa vie 
Car sur ton sein j'ai mon tombeau, 

Et sur 1'albâtre où je repose 
Un poète avec un baiser 
Écrivit: "Ci-gît une rose 
Que tous les rois vont jalouser." 

Open your closed eyelid, 
Brushed by a virginal dream. 
I am the spectre of a rose 
That you wore last night to the ball. 

You took me still pearled 
With the silver tears of the watering can, 
And about the starry fest 
You carried me all evening. 

You who were the cause of my death: 
Powerless to chase it away 
Each night my rose~colored spectre 
Will dance at your bedside. 

But fear nothing: I require 
Neither Mass nor De Profundis. 
This fragile perfume is my soul 
And I come from paradise. 

My lot was to be envied: 
And to have so lovely a fate 
More than one would have given his life; 
For on your breast is my tomb 

And on the alabaster where I rest 
A poet, with a kiss, 
Has written: "Here lies a rose 
To make all the kings jealous." 

 

III. Sur les Lagunes. Lamento.
 
 

Ma belle amie est morte: 
Je pleurerai toujours; 
Sous la tombe elle emporte 
Mon âme et mes amours. 
Dans le ciel, sans m'attendre 
Elle s'en retourna; 
L'ange qui 1'emmena 
Ne voulut pas me prendre. 
   Que mon sort est amer! 
   Ah! sans amour, s'en aller sur la mer! 

La blanche créature 
Est couchée au cerceuil. 
Comme dans la nature 
Tout me paraît en deuil! 
La colombe oubliée 
Pleure et songe à 1'absent; 
Mon âme pleure et sent 
Qu'elle est dépareillée. 
   Que mon sort est amer! 
   Ah! sans amour, s'en aller sur la mer! 

Sur moi la nuit immense 
S'étend comme un linceul; 
Je chante ma romance 
Que le ciel entend seul. 
Ah! comme elle était belle 
Et comme je 1'aimais! 
Je n'aimerai jamais 
Une femme autant qu'elle. 
   Que mon sort est amer! 
   Ah! sans amour, s'en aller sur la mer! 

My dear love is dead: 
I will cry forever; 
Into the grave she carries 
My soul and my love. 
To heaven, without waiting for me 
She's returned; 
The angel that carried her 
Did not want to take me. 
   How bitter is my fate! 
   Ah! loveless, to set out on the sea! 

The white creature 
Is lying in her coffin. 
How all of Nature 
Seems to me in mourning: 
The forsaken dove 
Cries and dreams of the absent one; 
My soul cries and feels 
Itself torn asunder. 
   How bitter is my fate! 
   Ah! loveless, to set out on the sea! 

Over me the immense night 
Stretches like a shroud. 
I sing my romance 
That heaven alone hears. 
Oh, how she was beautiful, 
And how I loved her! 
I shall never love 
Another woman so much as she. 
   How bitter is my fate! 
   Ah! loveless, to set out on the sea. 

IV. Absence
 
 

Reviens, reviens, ma bien-aimée! 
Comme une fleur loin du soleil, 
La fleur de ma vie est fermée 
Loin de ton sourire vermeil. 

Entre nos coeurs quelle distance! 
Tant d'espace entre nos baisers! 
Ô sort amer! ô dure absence! 
Ô grands désirs inapaisés! 

Reviens, reviens, etc. 

D'ici 1à-bas, que de campagnes, 
Que de villes et de hameaux, 
Que de vallons et de montagnes, 
A lasser le pied des chevaux! 

Reviens, reviens, ma bien-aimée! 
Comme une fleur loin du soleil, 
La fleur de ma vie est fermée 
Loin de ton sourire vermeil.  

Return, return, my beloved! 
Like a flower, far from the sun, 
he flower of my life is closed, 
Far from your rose-colored smile. 

Between our hearts, what distance, 
What space between our kisses 
O bitter fate! O cruel absence! 
O unrequited desire! 

Return, return, etc. 

Between here and there, so much countryside, 
So many towns and villages, 
So many valleys and mountains, 
Enough to tire the horses' feet! 

Return, return, my beloved! 
Like a flower, far from the sun, 
The flower of my life is closed, 
Far from your rose-colored smile. 

 

 V. Au Cimetière. Clair de lune.
 
 

Connaissez-vous la blanche tombe 
Où flotte avec un son plaintif 
L'ombre d'un if? 
Sur 1'if, une pâle colombe, 
Triste et seule, au soleil couchant, 
Chante son chant; 
Un air maladivement tendre 
A la fois charmant et fatal, 
Qui vous fait mal. 
Et qu'on voudrait toujours entendre 
Un sir, comme en soupire sux cieux 
L'ange amoureux. 

On dirait que 1'âme éveillée 
Pleure sous terre à 1'unisson 
De la chanson, 
Et du malheur d'être oubliée 
Se plaint dans un roucoulement 
Bien doucement. 
Sur les ailes de la musique 
On sent lentement revenir 
Un souvenir; 
Une ombre, une forme angélique 
Passe dans un rayon tremblant, 
En voile blanc. 

Les belles de nuit, demi-closes, 
Jettent leur parfum faible et doux 
Autour de vous, 
Et le fantôme aux molles poses 
Murumure en vous tendant les bras: 
"Tu reviendras?" 
Oh! jamais plus, près de la tombe 
Je n'irai, quand descend le soir 
Au manteau noir, 
Écouter la pale colombe 
Chanter sur la pointe de 1'if 
Son chant plaintif? 

Do you know the white tomb 
Where floats, with plaintive sound, 
The shadow of a yew tree? 
On the yew, a pale dove, 
Sad and alone, at sundown, 
Sings its song; 
An air sickly tender 
At once charming and deadly, 
Which gives you pain. 
And which you'd like to hear forever; 
An air like might be sighed from the heavens 
By an amorous angel. 

One would say that the awakened soul 
Were sweeping beneath the ground in unison 
With the song, 
And, unhappy at being forgotten, 
Complains with a cooing 
Gently. 
On the wings of the music 
One feels slowly returning 
A memory: 
A shadow, an angelic form 
Passes in a quaking ray 
Veiled in white. 

The night blossoms, half closed, 
Exhale their mild, sweet perfume 
About you, 
And the phantom of vague shape 
Whispers in extending you its arms 
"You will return?" 
Oh, never again shall I go 
Near the tomb as night descends 
In its black cloak 
To listen to the pale dove 
Sing, from the top of the yew tree, 
Its plaintive song! 

 

VI. L'Ile inconnue. Barcarolle.
 
 

Dites, la jeune belle, 
Où voulez-vous aller? 
La voile enfle son aile, 
La brise va souffler! 
L'aviron est d'ivoire 
Le pavillon de moire, 
Le gouvernail d'or fin; 
J'ai pour lest une orange, 
Pour voile une aile d'ange, 
Pour mousse un séraphin. 

Dites, la jeune belle, etc. 

Est-ce dans la Baltique, 
Dans la mer Pacifique, 
Dans 1'île de Java? 
Ou bien est-ce en Norvège, 
Cueillir la fleur de neige, 
Ou la fleur d'Angsoka? 

Dites, la jeune belle 
Où voulez-vous aller? 

Menez-moi, dit la belle, 
A la rive fidèle 
Où 1'on aime toujours. 
---Cette rive, ma chère, 
On ne la connaît guère 
Au pays des amours. 
Où voulez-vous aller? 
La brise va souffler! 

Tell me, my young pretty, 
Where would you like to go? 
The sail unfolds its wing 
The breeze is coming up! 
The oar is of ivory 
The flag of silk 
The rudder of fine gold 
For ballast I have an orange 
For sail, an angel's wing 
For mate, a seraph. 

Tell me, my young pretty, etc. 

Would it be to the Baltic? 
To the Pacific Ocean? 
To the Isle of Java? 
Our else would it be Norway 
To pluck the snow flower 
Or the Angsoka flower? 

Tell me, my young pretty, 
Where would you like to go? 

Lead me, said the lass, 
To the faithful shore 
Where one loves forever. 
--That shore, my dear, 
Is hardly known at all 
In the realm of love. 
Where would you like to go? 
The breeze is coming up!